Saint-Pierre-Eynac: un nouveau bâtiment et de bonnes perspectives pour Biofloral

L’architecture du bâtiment crie. Au bord du rond-point du quartier des affaires de Lachamp, la charpente a la forme d’une vague ou d’un jus. Un symbole qui indique qu’en ce lieu nous épousons le relief du territoire au fur et à mesure que nous avançons.

36 fleurs de Bach sur 38 cueillies dans la ville

Les graines semées par Ulrich Rampp en 1999 s’enfoncent de plus en plus profondément dans la Haute-Loire. La création de Biofloral est une histoire qui commence par le cycle de la Bavière à cet homme tombé en harmonie avec un petit coin d’une prairie fleurie près de Saint-Pierre-Eynac.
A partir de 1979 et pendant deux décennies, Ulrich Rampp était convaincu que la nature peut faire du bien à l’homme. Il se plonge dans l’étude de divers manuscrits médicaux écrits depuis le Moyen Âge et commence à compiler des fleurs et des fleurs de Bach qu’il développe dans son laboratoire. La marque Biofloral vient de naître.Un jeune chêne a été symboliquement planté au pied du nouveau bâtiment.

Il y a quatre ans, le groupe belge Inula a acheté le « bébé » à Ulrich Rampp. La marque, commercialisée principalement dans les magasins bio, complète le rayonnement du groupe qui comprend déjà Pranarôm, expert en aromathérapie (huiles essentielles pour le traitement des symptômes) et HerbalGem, pionnier de la gemmothérapie (bourgeons pour un traitement de base).
La vente de Biofloral est réalisée avec l’accord tacite de respecter la philosophie d’origine de l’entreprise. Les fleurs de Bach ont été développées par le médecin britannique Edward Bach au début du 20e siècle. Ils permettent de rééquilibrer les émotions. Son objectif était de travailler avec pour apaiser les symptômes physiques.Une trentaine d’employés de Biofloral ont participé à l’inauguration du nouveau bâtiment de plus de 2000 m2 avec les entreprises qui ont réalisé les travaux.

Il a choisi 38 fleurs, dont chacune « interfère avec un certain sentiment négatif ». Ils sont cueillis dans les conditions naturelles les plus saines possibles et solidifiés (infusion dans l’eau de source au soleil), donnant un élixir mère. Une méthode bien établie par l’équipe de Saint-Pierre-Eynac.
Le souci du détail a incité la direction à appeler un géobiologiste. Ce dernier est allé au début du site pour définir énergiquement quel endroit était le mieux adapté pour stocker les essences de la mère. Cette préparation est ensuite diluée dans 240 doses de Cognac labellisées Bio et Demeter.
La richesse de Biofloral est de pouvoir cueillir 36 des 38 fleurs de Bach et d’être à quelques kilomètres des Espaladous Gardens, un centre de guérison et de bien-être créé par Ulrich Rampp en 2012.Lors de l’inauguration du nouveau bâtiment, le jeudi 17 septembre, les élus (Députée Isabelle Valentin et Chef de service Jean-Pierre Marcon sur la photo) ont chacun découvert les émotions que subissait une fleur de Bach. De quoi surprendre certaines personnalités.

Argent colloïdal, silice d’ortie …

Biofloral développe d’autres gammes de produits, comme l’argent colloïdal, obtenu en ionisant des bâtonnets d’argent pendant plusieurs semaines. L’ortie siliceuse nécessite pas moins de 5 000 tonnes de plantes fraîches par an.
L’arrivée de la marque Biofloral dans le groupe belge Inula a permis de « multiplier ses ventes par deux en quatre ans », explique Sergio Calendri, PDG d’Inula.
La grande majorité des ventes, 95%, est réalisée en France. La moitié du chiffre est fabriqué dans des chaînes de magasins bio. L’autre, d’un millier de magasins indépendants. En plus de la gamme de 38 fleurs de Bach, Biofloral propose des complexes. Les grandes essences (macérées par les plantes dans le vin) sont désormais disponibles sans alcool, en infusion. Chewing-gum, tisanes, sprays désinfectants et récemment dentifrice et bain de bouche. Les produits Biofloral sont distribués dans les magasins bio.PDG du groupe Inula Sergio Calandri

Céline Demars

Saint-Pierre-Eynac: un nouveau bâtiment et de bonnes perspectives pour Biofloral
4.9 (98%) 32 votes