« Le but est de gagner le tournoi »

La collaboration entre Yves Allegro et Leandro Riedi porte ses fruits. Avant la demi-finale des juniors de Roland Garro vendredi, l’entraîneur valaisan fera le point sur les ambitions de son protégé.



Yves Allegro (à gauche) et Leandro Riedi à Paris, avant les demi-finales juniors à Roland Garros


© DR
Yves Allegro (à gauche) et Leandro Riedi à Paris, avant les demi-finales juniors à Roland Garros

La prochaine génération de tennis suisse est présente à Roland Garros. Vendredi, Dominic Stricker (ITF juniors 10) et Leandro Riedi (ITF juniors 11) disputeront les demi-finales au tableau junior. Il est même permis de rêver d’une finale 100% suisse, puisque les deux joueurs de 18 ans affronteront des adversaires moins bien classés qu’eux.

Yves Allegro, ancien entraîneur de tennis suisse, connaît bien ces deux jeunes, qu’il a sélectionnés dans le cadre national alors qu’ils n’avaient que 11 ans. Aujourd’hui, le Valaisan s’intéresse plus particulièrement à la carrière de Leandro Riedi. «En février de l’année dernière, Leandro a décidé de devenir professionnel et de créer sa propre structure de formation. C’est dans ce contexte qu’il m’a contacté. Depuis l’âge de 15 ans, le zurichois s’entraîne à plein temps au Centre national. Il a terminé son école primaire à Bienne, explique Yves Allegro.

Le titre en double à l’Open d’Australie

A Paris, donc, Leandro Riedi joue son dernier tournoi junior. Et il n’a pas atteint les demi-finales par hasard. «Comme Dominic Stricker, il était parmi les cinq favoris de la compétition. Avant le début du tournoi, on parlait vraiment de gagner », confirme Allegro.

Le Zurichois, qui ne porte actuellement que le numéro 939 au classement ATP, reste dans une bonne série avec, par exemple, une victoire à Kitzbühel contre Andrej Martin, au temps n ° 98 sur l’ATP. Plus tôt cette année, il a également remporté l’Open d’Australie junior en double.

«Je dirais qu’il joue actuellement au niveau des garçons classés ATP entre 300 et 350. Quant à Dominic Stricker, il a déjà joué cette année en quarts de finale à l’US Open et en Australie. Quand on est à ce niveau, il est évident que l’on joue pour gagner, précise Yves Allegro.

Les deux Suisses ne sont donc qu’à deux matches d’un titre du Grand Chelem, le stress doit commencer à augmenter? « Leandro était très nerveux lorsqu’il a entamé son quart de finale contre l’Argentin Alex Barrena. Il a également très mal négocié le premier set, qu’il a perdu 6-4, avant de réagir et de gagner 6-1 6-2. Il faudra donc faire face aux émotions bien avant les demi-finales. Mais à ce stade, le stress sera également dans le camp opposé. « 

Ce vendredi, les matchs débuteront à 11. Dominic Stricker, tête de série n ° 7, jouera dès le début contre l’Argentin Juan Bautista Torres. Leandro Riedi (n ° 8) participe au deuxième match contre le Néerlandais Guy Den Ouden, un adversaire qu’il n’a jamais rencontré.

« En Suisse, les gens s’attendent à ne voir que les vainqueurs du tournoi du Grand Chelem. »

Une chose est claire: la prochaine génération de tennis suisse n’est pas inexistante, comme le public semble le croire. Derrière les stars Roger Federer et Stan Wawrinka, les jeunes désignent le bout de leurs raquettes. Il faut entre huit et dix ans pour former une génération qui peut espérer gagner de l’argent sur le tennis. Cela ne se produit pas du jour au lendemain. La prochaine génération est là, mais en Suisse, vous ne vous attendez à voir que des vainqueurs de tournois du Grand Chelem, déclare l’entraîneur valaisan.

Pour Riedi et Stricker, un autre pas vers l’honneur serait franchi en cas de victoire au tableau junior à Roland Garros, en tant que Stan Wawrinka qui a remporté la compétition en 2003.

Téléchargez l’application Microsoft News pour Android ou iPhone afin d’être toujours au courant des dernières actualités.

« Le but est de gagner le tournoi »
4.9 (98%) 32 votes